lundi 4 mai 2015

Double sens : un road-trip avec mon ex


  
 Couverture de Double sens : un road-trip avec mon ex
Auteur : Lauren Barnholdt
 
Prix : 15E
 
Edition : Castelmore

 

Résumé

Leur road trip aurait dû être parfait… s’ils n’avaient pas rompu quelques jours plus tôt !

Courtney n’avait absolument pas prévu de tomber amoureuse de Jordan. Ni Jordan de Courtney, à vrai dire. Elle est obsédée par l’ordre et les listes et lui est incapable de prendre quoi que ce soit au sérieux. Ils forment un couple improbable… et génial !

 Jusqu’au jour où Jordan rompt. Courtney ne l’a pas vu venir non plus. Hors de question de rester en présence de ce traître une minute de plus ! Sauf que les amoureux avaient prévu de faire la route ensemble jusqu’à l’université, dans lavoiture de Jordan. Trois jours d’enfer assis à moins d’un mètre l’un de l’autre…

Attention, mauvaise foi et règlements de comptes à l’horizon !

 

Mon avis

J’avais envie de lire ce livre, malgré le titre pourri, non pas pour son originalité, mais pour me détendre. Et les petites histoires comme ça sont plutôt efficaces ; Double Sens ne déroge pas à la règle : il est léger, pas prise de tête, drôle… Il sent l’été, quoi !!

Jordan et Courtney sont l’exact opposé : elle aime l’organisation, lui se prépare au dernier moment. Pourtant, il se surprend à rechercher la compagnie de cette fille psychorigide. Tout se passait à merveille, jusqu’à ce qu’il rencontre son père. Et là… Désastre ! Il découvre qu’il est aussi l’amant de sa mère. Jordan essaye de continuer mais il se trouve dans une impasse et rompt en s’inventant une petite copine afin de ne pas révéler les infidélités du père de Courtney. La pauvre, qui avait prévu qu’ils fassent le trajet jusqu’à la fac dans la voiture de Jordan, se retrouve coincée : il est trop tard pour changer les plans.

Comme vous pouvez le constater : l’originalité n’est pas ce qui marque le livre, mais je ne vais pas le lui reprocher, je savais dans quoi je m’engageais en l’achetant. La narration alterne les points de vue et elle est très fraiche, elle s’approche du style oral et elle est, par moments, assez sarcastique. Ce qui a pour conséquence que l’on enchaine les chapitres facilement sans voir le temps passer. Le livre suit le schéma classique de ce genre : on sourit quand ils se disputent, on râle quand ils se tournent autour, on rigole franchement avec les histoires secondaires… Pourtant, Barnholdt prend un petit peu ses distances avec les codes car elle propose 2 récits enchâssés : l’histoire de Courtney et Jordan au lycée et leur road-trip. Les flashbacks empêchent de tomber dans le stéréotype et fournissent un répit dans le huis-clos rompant ainsi avec l’ambiance étouffante qu’on aurait pu ressentir. D’ailleurs, je ne peux que saluer le travail que l’auteure a fait car, elle ne s’est pas contentée de travailler les protagonistes, elle a aussi mis un peu de vie dans les personnages secondaires et ce sont qui apportent la touche d’humour et de ridicule nécessaire dans ces romances. Une chose est sure : je sors détendue de ma lecture et je relirai des romances écrites par Barnholdt. C’est vraiment une lecture agréable qui aurait dû être publiée en juin : pour la plage, elle est parfaite.

 

Extrait

«  - Sérieux, ils ont des plages nudistes, ici ! dit BJ avec un grand sourire

Il porte un short kaki et un tee-shirt qui dit : « Salut ! Tu feras l’affaire. »

-          Parfait, dit Jocelyn en retirant son débardeur rose pour révéler son haut de bikini blanc. Dans ce cas, ça ne te dérange pas que je me mette topless ? […]

Elle croise les bras d’un air satisfait. BJ fronce les sourcils, et j’échange un regard nerveux avec Courtney.

Au mieux, BJ et Jocelyn sont comme un produit inflammable. Il y a entre eux une tension qui surgit aux pires moments. Le soir du bal de promo, ils ont eu une énorme dispute au sujet de Katelyn Masters, avec qui BJ avait passé du temps en 1ere année. Au milieu de la dispute, BJ a voulu changer de station de radio et Jocelyn a hurlé : « Si tu touches à la musique, je te pète les doigts ! ». Je commence à soupçonner Jocelyn d’être un peu folle.  […]

-          Je refuse que tu montres tes seins à tous les types de cette plage, proteste BJ.

Nous sommes à Miami, dans la maison de l’ami de mon père, dans la chambre que je partage avec Courtney. Nous préparions à aller à la plage, puis BJ a parlé de seins, ce qui nous a mis des bâtons dans les roues. […]

-          En fait, interviens-je, c’est une plage privée, alors n’y a probablement pas grand monde

-          On y va ! Vous avez votre crème solaire ?  lance joyeusement Courtney […]

-          Pas moi ! m’écrié-je. Je n’ai pas ma crème solaire !

Je suis à deux doigts de crier. J’ai l’air d’un imbécile, mais c’est nécessaire si nous voulons éviter la catastrophe. […]

-          Jocelyn ? appelle Courtney en lui montrant la bouteille. Tu as besoin de crème solaire ?

-          Oui, répond calmement Jocelyn. Tout à fait.

Merci, mon Dieu ! Catastrophe évitée. Un point pour Courtney et Jordan.

-          Tiens, dit Courtney en lui tendant la bouteille.

Jocelyn s’en empare puis passe la main dans son dos, défait son haut de maillot de bain et commence à étaler la crème solaire sur ses seins nus.

-          Seigneur ! s’écrie BJ. Qu’est ce que tu fous ?

Courtney se tourne vers moi, et je cesse aussitôt de regarder les seins nus de Jocelyn.

-          Je me prépare pour aller à la plage ! répond Jocelyn

Je passe de l’autre coté du lit et m’assieds face au mur. Je n’ai aucune envie de voir les seins nus de la meilleure amie de ma petite amie. Ce ne serait vraiment pas une bonne idée d’autant que c’est aussi la petite amie de mon meilleur ami. Ca commence à devenir incestueux tout ça, surtout avec le père de Courtney qui se tape ma mère. »