lundi 12 janvier 2015

Nymphes



Couverture : Nymphes
Auteurs :
-          Sari Luhtanen   
-          Miikko Oikkonen   
 
Prix : 19E
 
Edition : Presse de la Cité

Résumé

Belle, sexy et fatale. Didi est une nymphe.

Didi, chevelure de feu et visage d'ange, ne s'est jamais demandé d'où lui venait son extraordinaire beauté ; elle s'est toujours sentie comme toutes les jeunes filles de son âge. A seize ans, sa seule préoccupation est sa « première fois ». Pourtant, lorsque cet événement tant attendu se produit enfin, Didi comprend qu'elle n'est pas tout à fait comme les autres adolescentes. Son petit ami meurt entre ses bras, en pleine action. Après le choc, les révélations viennent : Didi est une nymphe, condamnée à tuer tous les hommes avec qui elle fera l'amour. Et il se pourrait bien qu'elle soit en grand danger, des satyres étant à sa poursuite...

 

Mon avis

Aujourd’hui, je vous fais une critique très positive d’un livre qui ne me tentais pas tellement mais qu’on m’a offert pour Noël et que je me suis sentie obligée de lire. Je ne regrette absolument pas de m’être forcée car j’ai été agréablement séduite par l’intrigue qui mêle la mythologie des nymphes et des satyres mais aussi succubes le tout supplanté par un  thriller et qui m’a vraiment distraite de façon efficace pendant mes examens. Je vais vous faire un résumé mais je tiens à vous prévenir : les auteurs semblent vouloir que l’on soit perdus car je pense que ça stimule la lecture et que l’on s’identifie plus facilement à l’héroïne, aussi, je ne viens rien faire de très détaillé pour vous laisser découvrir l’intrigue qui se trame dans la course poursuite.

Didi est une jeune fille comme les autres mais tout bascule lorsqu’elle perd sa virginité et que le garçon meurt dans ses bras. Aussitôt, malgré le traumatisme, sa mère appelle deux femmes que Didi ne connait absolument et qui prennent cette dernière sous leurs ailes. Cependant, ces deux étrangères semblent cacher plusieurs secrets concernant Didi et l’empêchent d’être avec le garçon qu’elle aime. Un conflit qui dépasse amplement la vie de la jeune fille et la leur au vu de la course poursuite qui se met en place...  

Comme vous pouvez le voir, c’est vraiment un résumé succinct qui n’en dévoile pas plus que le résumé de l’éditeur mais ce dernier résume amplement la situation. Sachez simplement que si l’on n’accroche pas à Didi, ses deux gardiennes (Nadia et Kati) rattrapent largement ce sentiment. J’ai beaucoup apprécié Kati car elle incarne la guerrière, la motarde qui n’a pas froid aux yeux ; mais, étonnamment, Nadia dans toute sa douceur ne m’a pas énervée. Je pense que ce petit miracle tient au fait que son histoire passée m’a beaucoup plu et que j’ai aussi apprécié le personnage lié à elle, aussi impertinent que Kati. Les flash-back précisant les histoires personnelles de Nadia et Kati étaient mes passages préférés car ils faisaient une pause dans la narration tout en la faisant avancer miraculeusement. L’histoire entre Didi et Samuel n’était pas ma favorite car je ne ressentais aucune affinité avec les deux personnages mais elle n’est pas prioritaire dans l’intrigue et ne m’a dons pas dérangée outre mesure. Enfin, l’intrigue se déroule naturellement mais à toute vitesse car les mois s’enchainent sans nous laisser le temps de respirer, la lecture en est donc plus addictive. Je n’ai qu’un seul regret : la fin. Pas assez explicite et trop rapide à mon goût mais, comme j’espère un tome 2 qui éclairera quelques zones d’ombres et donnera un point final, cependant, je ne trouve pas que ma lecture en soit gâchée. J’ai écrit aux éditions de Presse de la Cité pour me renseigner sur une éventuelle sortie en France ou même en VO mais je n’ai pas encore eu de réponse. Si j’en ai, je vous tiens au courant.  

 

Extrait

« Elle n’avait pas le don pour les circonlocutions. Le mieux, à son avis, c’était d’être cash avec la gamine. Elle s’assit sur le plan de travail et se resservit un verre.

-          Tu dois te préparer à ce que la prochaine pleine lune te fasse un effet encore plus fort.

-          Auparavant, les seuls symptômes qui se manifestaient au cours d’un cycle lunaire étaient tes bleus, lui expliqua Nadia plus posément. Mais la situation va empire : à partir de maintenant, et si tu n’y remédie pas, tu vas t’étioler peu à peu. Ta peau va se dessécher, ta vision s’affaiblir, tes cheveux se ternir, tes articulations se raidir. […]

-          Je devrais faire quoi alors ?

-          Coucher avec un mec, dit Kati.

-          Ben tiens ! Et si je refuse ? [...]

-          Pas besoin de finasser : à chaque pleine lune, les nymphes doivent coucher avec un homme. Tu n’as qu’à considérer ça comme une sorte de soin, un truc de bien-être que tu te fais à toi-même régulièrement. Comme l’épilation du maillot. Et c’est loin de faire aussi mal d’ailleurs. »