mercredi 28 janvier 2015

Hérétiques T2 : L’ordre des Ténèbres



Couverture : Hérétiques, tome 2 : L'ordre des ténèbres
Auteur : Philippa Gregory
 
Prix : 17.5E  
 
Edition : Gallimard jeunesse

Résumé

1453.

Luca Vero, le jeune inquisiteur, poursuit sa mission secrète à travers l’Italie. Désormais en route vers Zagreb au bras de la belle Isolde, en compagnie de la mystérieuse Ishraq et du facétieux Freize, il fait halte à Piccolo, un village de pêcheurs où règnent superstitions et peurs. Soudain, les rues sont submergées par des centaines d’enfants. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Johann le Bon, leur guide, prétend que la mer s’ouvrira devant eux jusqu’en Terre sainte. Est-il prophète, démon ou imposteur ?

 

Mon avis

Me voilà agréablement surprise par ce second tome qui m’a semblé moins fictif que le 1er (ma chronique ici : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2015/01/heretiques-t1-le-mystere-isolde.html ). Les personnages ont clairement évolués et se sont affirmés : le possible couple Freize/Ishraq est au premier plan, à mon plus grand bonheur, et la prise de Constantinople de plus en plus évoquée ainsi que la menace de fin du monde ce qui fait de ce second tome, une œuvre plus noire et mystérieuse.

Nous retrouvons donc Luca et ses amis en route vers leur nouvelle destination mais qui sont retardés par l’apparition d’une croisade d’enfants. Quand je dis « croisade », il ne s’agit pas de 3 pauvres enfants mais de milliers de jeunes gens suivant Johan le Bon tel le joueur de flûte de Hamelin en dépit de leurs conditions de vie harassantes. Ce dernier se prétend être inspiré par Dieu qui guide son chemin et qui le mènera en Terre Sainte afin que lui et les enfants puissent reprendre Constantinople. Luca est donc chargé de savoir si c’est adolescent est le suppôt de Satan menant des jeunes âmes droit vers l’enfer ou s’il est réellement inspiré par la grâce divine comme il le prétend. Pourtant, malgré le fait que ses prophéties soient fondées, elles s’avèrent incomplètes et vont mener nos héros à regarder la mort de près.

Je vais être honnête avec vous : j’ai nettement préféré la seconde partie du livre car il y a un peu plus de nouveauté. Le premier tome me semblait ne pas être en accord avec l’intrigue principale car j’avais l’impression que les enquêtes n’étaient pas assez terrifiantes et me semblaient bien dérisoires pour faire l’objet d’un ordre secret. Ainsi, si le début du T2 semble ressembler au T1, la seconde partie prend la tangente de se différencie radicalement du début de cette série en s’interrogeant, non plus sur ces fameuses enquêtes que l’Ordre des Ténèbres charge à Luca, mais sur l’ordre lui-même. Je ne veux pas vous en dire trop, mais sachez que Luca va être confronté à la figure du Diable et à la tentation qui rappelle fortement le sujet d’Adam et Eve. Les personnages sont donc plus complexes et on se demande qui joue double-jeu, ce qui pimente l’intrigue. Parallèlement et à ma plus grande joie, Isolde a tendance à disparaitre au profit d’Ishraq qui illustre la tension entre l’idéal chrétien et païen posant des questions encore d’actualité sur la femme et sa représentation. C’est définitif : j’ai été séduite par l’écriture de Philippa Gregory qui réussit à poser des questions contemporaines à son lecteur dans un roman traitant de l‘univers médiéval et je continuerai à la lire.