jeudi 4 décembre 2014

Y comme Romy



Couverture de Y comme Romy
Auteur :
-          Myriam Levain
-          Julia Tissier
 
Prix : 15E
 
Edition : Robert Laffont

Résumé

Romy Idol va sur la trentaine. Elle est seule ou presque – la plupart du temps, elle est célibataire. Enfant du divorce, elle croit toujours en l’amour mais se heurte à la réalité des relations éphémères, insatisfaisantes parce qu’imparfaites. Entre attente du prince charmant et liberté sexuelle revendiquée, Romy accumule les expériences honteuses, drôles ou carrément catastrophiques. Côté boulot, elle est également abonnée à la précarité : elle enchaîne les CDD au sein d’une agence de voyages dont elle gère le site Web. En attendant mieux, elle s’en accommode avec une pointe de cynisme touchant. Elle vit avec son chat Jean-Paul Sartre dans un studio faute de pouvoir se payer un appartement d’« adulte ». Suspendue à son smartphone et à son profil Facebook, Romy est accro aux nouvelles technologies. Mais elle a aussi connu un monde sans Internet. Romy aime sortir, voyager, faire du shopping, picoler, parler mecs avec ses copines, en particulier avec Sonia, sa meilleure amie

 

Mon avis

« Romy c’est nous ! » pourrait-on dire en parodiant Flaubert. Romy c’est une jeune trentenaire représentative de la génération Y : toujours entre deux. Cynique et désabusée, elle  a presque un boulot (un CDD c’est mieux que rien), presque un mec (idem pour le sex-friend ^^), presque un appart (oui, un studio c’est une moitié d’appart). Bref, Romy est une jeune diplômée qui n’a pas encore fait ses adieux à la vie étudiante mais qui tente d’entrer dans la vie active. Loin d’être déprimée par ce statut et ses mésaventures, elle nous les raconte et choisit d’en rire plutôt que d’en pleurer.

Je ne vous ferai pas de résumé car il est trop difficile à faire, la seule ligne directrice étant ses mésaventures : en soirée, au coiffeur, au boulot, avec les mecs… Des histoires qui feront écho aux vôtres, j’en suis certaine et que se termine toujours sur une petite chute humoristique. Le roman se présente donc comme une succession de petites nouvelles légères qui m’ont rappelé le ton divertissant à l’humour noir et cynique du « Sexy Blog » dans Closer ou Gala, je ne sais plus… Quoiqu’il en soit, ces nouvelles s’enchainent et le livre se termine bien trop tôt à mon goût.

Bref, Romy est une jeune femme très attachante à qui il difficile de ne pas s’identifier car ses mésaventures catastrophiques font écho aux nôtres et à nos idées souvent pourries pourtant censées révolutionner notre vie. C’est donc une agréable peinture des jeunes diplômés de notre époque, entre ironie et légèreté qui nous distraie et nous fait rire de nos décisions qui se sont retournées contre nous. Un livre pour la génération des « enfants perdus » dont nous sommes les représentants.  

 

Extraits sur le site de Michel Laffont : http://fr.calameo.com/read/00091354442b279194cec