dimanche 14 février 2016

Les Messagers des vents


Couverture de Les Messagers des Vents
Auteur : Clélie Avit
 
Prix : 18E
 
Edition : MsK (éditions du Masque)
Résumé
Fuir, rester sur le qui-vive, son arc à la main, c’est le quotidien d’Eriana.
Dans sa course éperdue, elle va pourtant croiser la route de Setrian. Le jeune messager des Vents doit l’initier à un terrible secret : sa communauté est menacée par une prophétie et une seule jeune femme bien particulière pourra la sauver. Mais Eriana hésite à lui faire confiance. Et si les prophètes avaient eu tort ?
Alors que ses doutent servent le jeu de ses ennemis, la sentence de la prophétie se rapproche. Eriana aura-t-elle la force de mener cette quête dont les enjeux la dépassent ?
 
Mon avis
Les éditions du Msk sont assez ambivalentes : soit on a adoré le livre, soit on est déçu. Pour celui-ci, je n’ai rien à dire : j’ai adoré. Enfin, attention aux 50 premières pages, elles ont tendance à nous égarer mais si on outre passe ce début, on accroche immédiatement.
Une prophétie a été prononcée par l’un des derniers prophètes de la communauté des Vents dans le royaume de Friyie et dix candidates sont recherchées. Setrian et son équipe ont enfin trouvé la dernière : Eriana. Celle-ci, poursuivie par des chasseurs, va enfin faire la rencontre avec celui-ci. S’engage alors une course contre la montre pour sauver sa communauté, en apprendre plus sur des pouvoirs méconnus et contrer la prophétie déjà bien entamée.
Vous devez surement reconnaître le schéma classique de fantasy : la quête, la découverte de pouvoirs, la prophétie... Eriana, comme nous, est entrainée dans un tourbillon vertigineux où s’y retrouver demande de la patience. Sans compter que l’écriture est bien plus dense que la littérature jeunesse habituelle. Mais ça en vaut le coup : on entre dans la vie d’Eriana et on a du mal à s’en détacher. On est comme Setrian en fait x). La première et deuxième parties m’ont réellement happée dans l’univers créé. Intégrée dans une vie nouvelle, elle doit trouver ses marques alors que tout la presse d’élucider ses facultés magiques. J’étais intriguée par Setrian et par la prophétie, j’avais envie d’en savoir plus sur Evandile et ses manipulations, sur l’univers dans lequel Eriana est immergée. Et puis, paf ! Début de la quête hors de la cité. Je vais devoir vous avouer que j’ai moins accroché car tout est trop précipitée à mon goût. Bon, seul bémol : tout n’est pas assez expliqué ; les termes en italique demeurent assez flous tout comme les enjeux. Je pense que c’est une volonté de l’auteure de nous laisser aussi perplexe que son héroïne. Pourquoi pas après tout ? Sans compter que le point de vue omnicient ne nous facilite pas la tâche : on passe sans cesse d’un point de vue à l’autre des personnages alors qu’on venait juste de s’habituer à lui. Et ils sont nombreux ! Même si on se concentre surtout Eriana et Setrian, le fait de changer d’air et de personnage est tout à fait bénéfique pour l’intrigue. Heureusement, la fin s’inscrit dans la lignée des premières parties et on oublie très facilement ce côté enchainement de catastrophes survenu dans une partie du livre.  Une jolie découverte donc pour les adeptes de fantasy à la narration travaillée qui nous donne envie de savoir le fin mot de cette histoire. A suivre donc !
 
En bref
Apprécié
Non-apprécié
-          Partie 1 et 2 : découverte d’un monde nouveau menacé par une prophétie
-          Changements réguliers de points de vue
-          La fin : déceptive mais fidèle au roman qui laisse planer le suspens
-          Une narration très dense qui change de la litté jeunesse
-          Partie 3 : enchainements précipités qui crée une rupture dans la narration  
-          Un début long très embrouillé
-          Des mots étrangers qui ne sont pas assez explicités comme certains enjeux
 
 
 
Extrait
« Une seule mèche de ses cheveux avait dépassé. Rien qu'une seule, mais il n'avait suffi que d'un rai de lumière pour que les hommes y perçoivent le reflet bleuté. Elle rageait de n'avoir pas été plus prudente. Quand les hommes avaient vu, ils s'étaient aussitôt élancés à sa poursuite.
Heureusement, ils n’avaient pas vu le collier. »
***
Il plongea dans ses yeux verts et ne put s'en détacher. Il lui était lié, comme s'il lui appartenait. Pour la première fois, il la voyait vraiment, ils échangeaient réellement ce regard, décuplant au centuple tout ce qu'il avait pu ressentir jusqu'à présent. Puis les lèvres d'Eriana remuèrent et le silence fut brisé par le plus faible des murmures.